Qu’est-ce que le millésime d’un vin ? Pourquoi certains millésimes sont-ils plus réputés que les autres ? Dans cet article, nous allons vous expliquer pourquoi, d’une année à l’autre, la qualité du vin peut varier. Explications sur ce qu’on appelle « l’effet millésime ».

Explications en vidéo

1. Le millésime, c’est quoi ?

Le millésime, c’est l’année de récolte des raisins utilisés pour fabriquer le vin, autrement dit, ça correspond à l’année des vendanges et de l’élaboration du vin. Et chaque année, des conditions météorologiques différentes vont influencer directement :

  • la qualité des raisins, 
  • le rendement, (donc la quantité de raisins qu’on va ramasser), 
  • la date des vendanges (selon si les raisins ont mûrit vite ou pas), 
  • les caractéristiques aromatiques des raisins (acidité, sucre, richesse aromatique…)

En général, le millésime est indiqué clairement sur l’étiquette des bouteilles de vin : 2010, 2016, 2019… Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette notion de millésime ?

2. Les facteurs qui influencent la qualité d’un millésime

 1⃣ La pluie

  • L’excès de pluie : un excès d’eau risque de « diluer » les raisins. C’est-à-dire qu’on aura des raisins gonflés d’eau, peu concentrés en arômes, en sucre ou en acidité. Le vin sera alors également dilué, il n’aura pas beaucoup de goût. La pluie favorise également la pourriture des raisins, ce qui peut entraîner une perte au niveau de la récolte.
  • Le manque de pluie : on parle ici de sécheresse. Si la vigne manque d’eau, elle va ralentir voir stopper la maturation des raisins. On appelle ce phénomène le stress hydrique. Cela peut amener à retarder les vendanges, pour permettre aux raisins de finir leur maturation correctement.

2⃣ Le soleil

  • L’excès de soleil : une forte exposition au soleil permettra aux raisins de bien mûrir et de se gorger de sucre. En revanche, on risque de manquer d’acidité et d’obtenir un vin lourd, riche en alcool, avec des arômes de fruits bien mûrs ou de confiture.
  • Le manque de soleil : un faible ensoleillement durant l’année va ralentir la maturation des raisins, on risque donc de se retrouver avec des raisins en sous maturité, qui vont être très acides, très amers, peu sucrés et peu aromatiques. Le vin sera donc lui aussi très acide, avec en général des arômes typiques de végétaux ou de fruits pas assez mûrs.

3⃣ Les aléas climatiques

Le gel et la grêle peuvent abîmer la vigne et faire d’énormes dégâts dans les vignobles. Le risque : avoir une destruction des bourgeons au printemps ou une dégradation des raisins en été. Dans ce cas, le vigneron aura peu de raisins à récolter lors des vendanges (= rendement faible), et il produira donc moins de vin ensuite.

3. Peut-on faire des généralités sur la qualité d’un millésime ?

Et bien non, pas vraiment. Parce que même au sein d’une région viticole ou d’une appellation en particulier, les raisins n’auront pas tous été affectés de la même manière par la météo. Pourquoi ? Et bien parce qu’on va avoir différents types de sols, différentes expositions au soleil, différentes expositions au vent… Et puis il y a aussi la question de la topographie. Par exemple, les vignes qui poussent sur des coteaux vont bénéficier d’un meilleur drainage de la pluie, puisqu’elles sont située sur une pente. Elles peuvent aussi bénéficier d’un meilleur ensoleillement selon l’orientation du coteau.

Il y a également un dernier facteur dont nous n’avons pas encore parlé : le vigneron. En fonction de la météo, il va adapter son savoir-faire pour essayer d’atténuer l’effet millésime et ainsi obtenir les caractéristiques qu’il souhaite dans son vin. Par exemple, il va trier les raisins lors des vendanges pour ne garder que les meilleurs (ceux avec un ratio acidité/sucre bien équilibré). Il peut aussi adapter la vinification de son vin pour essayer de garder chaque année un vin cohérent avec les précédents millésimes, aussi bien en terme de qualité qu’en terme gustatif.

➡️  Donc ce qu’il faut retenir, c’est qu’on ne peut pas faire de généralité sur un millésime à l’échelle d’une région viticole, ni d’une appellation, ni même à l’échelle d’un domaine. Le millésime va simplement nous permettre de dégager une tendance générale (est-ce que l’année a été favorable ou non pour la culture du raisin), mais on ne va pas pouvoir déterminer la qualité d’un vin en particulier uniquement grâce à son millésime.

Et maintenant, c’est à vous de jouer !

Et voilà, vous savez maintenant tout ce qui se cache derrière le millésime d’un vin ! D’ailleurs,  savez-vous déchiffrer les autres informations qu’on vous donne sur l’étiquette d’une bouteille ?

✅ Vous avez aimé la vidéo en haut de l’article ? N’hésitez pas à vous abonner à notre chaîne Youtube pour découvrir une nouvelle vidéo sur le vin chaque vendredi.

À très vite pour un prochain article,

Anne-Laure